La gendarmerie de Mailly-le-Camp

Le 21 février 1904, le conseil municipal de Mailly-le-Camp, sur la demande de l’autorité supérieure, décida que la commune participerait à hauteur de 2000 francs pour la construction de la caserne de la gendarmerie.

Le 3 juillet suivant, le conseil municipal vota les 25 à 30 ares de terrain nécessaires à l’assiette du bâtiment.

.

Gendarmerie de Mailly dans les années 1910 /Collection ANCEL Christophe

Le 4 mars 1908, le ministre de la Guerre décrète la création de la brigade à pied de Mailly-le-Camp (4 hommes) dont la circonscription comprendra les communes suivantes : Mailly-le-Camp, Semoine, Poivres, Trouans, Dosnon et Grandville. Cette décision est prise par la tenue d’un acte criminel : un enfant de 9 ans fut violée et tuée en plein centre de Mailly sans qu’on puisse retrouver le coupable.  La mission des gendarmes consistait au maintien de l’ordre public et la lutte contre le braconnage. Le camp possédant sa propre police militaire, appelée la prévôté, les gendarmes ne s’occupaient que rarement des affaires militaires.

Extrait d’une carte postale de la gendarmerie de Mailly dans les années 1960/ Collection ANCEL Christophe

Une extension du bâtiment pour des logements, un hangar pour les véhicules, quelques débarras et un checkpoint à l’entrée du bâtiment ont été édifiés avant la Seconde Guerre mondiale.

De 1979 à 1980, des travaux sont réalisés dans les bureaux du bâtiment et des pavillons sont créés derrière la gendarmerie.

La gendarmerie de Mailly fermera en 2018, la commune a racheté le bâtiment et un projet de réhabilitation du bâtiment est en cours.

 

Devenir membre des Archives

Vous souhaitez participez aux recherches historiques dédiées à l’histoire du bombardement du 3-4 mai 1944, ainsi qu’à l’histoire plus générale du village de Mailly-le-Camp. Proposez nous votre candidature pour rejoindre les « archives du 3 & 4 mai 44 » en contribution à partager vos connaissances et en collaborant à la préservation et à la diffusion de documents historiques précieux pour notre histoire commune.