Un lourd bilan

LE BOMBARDEMENT EST Particulièrement COûTEUX EN VIES HUMAINES

Mais il est une réussite d’efficacité : le camp de Mailly et la totalité de ses installations sont détruits.

LES PERTES CIVILES

Grâce à la précision du marquage de l’objectif, l’agglomération de Mailly et ses habitants ne subissent indirectement aucune perte, à l’exception de quelques dégâts sur les bâtiments et hormis dans les bois Sainte Suzanne.

Malheureusement, certains villages voisins sont moins épargnés :

À Poivres, 16 habitants sont morts par la neutralisation d’une batterie antiaérienne par des bombes anglaises. L’une des 4 DCA de la commune a tirée, provoquant la riposte de la Royal Air Force (RAF) et entraînant la destruction complète d’une rue.

Le village de Trouans compte 5 morts à la suite de la chute d’un bombardier anglais.

Le bombardement fait également 10 morts dans les bois de Sainte Suzanne à cause de leur proximité avec le camp.

Sur le camp, ce sont 30 morts parmi les requis civils du Service de travail obligatoire et 41 parmi les prisonniers de guerre.

LES PERTES DE LA ROYAL AIR FORCE

Sur les 304 aviateurs crashés, 249 périssent, 55 survivent, prisonniers ou sauvés par la population. Les pilotes disparus sont Anglais, Canadiens, Australiens et Néo-Zélandais.

Sur les 359 avions prenant part à la mission sont détruits :

  • 42 Lancaster

  • 1 Mosquito

  • 1 Mosquito

La RAF déplore de lourdes pertes matérielles et humaines au cours de cette mission, faisant de ce raid l’un des plus meurtriers menés par la RAF en France lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les pertes représentent 12 % des appareils engagés. Ces pertes sont aussi graves que celles subies lors des raids sur Berlin ou la Ruhr. Cependant, les pertes sont subies dans un laps de temps beaucoup plus court.

Ces pertes sont principalement causées par la chasse allemande, et secondairement par la DCA ainsi que les collisions entre avions. Une vingtaine d’avions de la RAF sont rentrés sérieusement endommagés à leurs bases.

Les Allemands reconnaissent officiellement 218 tués et 156 blessés, ainsi que la destruction de 102 véhicules, dont 37 chars, et de 144 bâtiments, incluant les dépôts d’essence et de munitions.

Toutefois, des imprécisions subsistent quant au nombre exact des pertes subies par les occupants, et les dégâts réels semblent plus élevés que les pertes annoncées. Certaines sources évoquent ainsi plusieurs milliers de morts et blessés.

LES PERTES ALLEMANDES

Psychologiquement, les civils autour du camp sont marqués par la violence du bombardement et en garderont des souvenirs gravés jusqu’à la fin de leurs vies. Selon certains témoignages, la violence du bombardement éclairait ce ciel nocturne comme en plein jour de Reims à Troyes.

LE 4 MAI 1944

Au matin du 4 mai 1944, le camp de Mailly n’est plus que ruines et un champ de morts. Les survivants allemands émergent des bois de Mailly. Certains, pris d’une rage incontrôlable et brandissant des armes à feu, font reculer les civils sidérés face à la destruction massive causée par les pilotes de la Royal Air Force.

Les appels téléphoniques affluent vers Troyes, Châlons-en-Champagne et Vitry-le-François pour demander des ambulances en urgence pour les blessés. L’armée allemande se charge de récupérer les morts, envoyant de nombreux convois de cadavres vers les crématoires et les cimetières des environs, réquisitionnant même des civils.

Dans une volonté affirmée de désinformation, le 5 mai, les services allemands ordonnent à la police française et à des civils châlonnais de se rendre sur le camp. Il s’agit d’une opération de propagande destinée à présenter les cadavres des aviateurs tués ou ensevelis dans les débris de leurs appareils.

Les reconnaissances photographiques effectuées 48 heures après le raid révèlent une grande densité de cratères de bombes, particulièrement dans la zone des casernements. Quant aux dégâts causés aux bâtiments, ils sont estimés à 80 % irréparables et à 20 % graves mais réparables.

Après le bombardement, la Résistance participe également à la récupération des aviateurs alliés rescapés de la destruction de leurs appareils. Nombre d’entre eux se réfugient dans les familles françaises jusqu’à la Libération ou sont pris en charge par des filières d’évasion. Beaucoup de ces pilotes s’évadent ensuite par la Suisse, l’Espagne ou attendent l’arrivée des Alliés en France. Certaines bombes à retardement explosent encore dans les jours qui suivent.

Les bombardements menés par les avions Alliés sur le territoire français causent la perte de 75 000 victimes.

Les civils ne sont jamais visés directement, malheureusement les populations sont des dégâts collatérales. Lors des campagnes de bombardement sur l’Allemagne, ce chiffre s’élève à 635 000 civils allemands.  Une comparaison entre le tonnage de bombes larguées et le nombre de victimes civiles montre qu’il faut, approximativement, une tonne de bombes pour tuer un Britannique, trois pour un Allemand, six pour un Italien et neuf pour un Français.

Parcours
Application de réalité augmentée (2024)
Parcours
Application de réalité augmentée (2024)
L’application du ¾ mai 1944 sera disponible et gratuite (premier trimestre 2024) sur l’ensemble des smartphones, elle ne nécessite pas de connexion internet permanente

Pour la télécharger, vous pouvez scanner ce QR code ou aller directement sur les Playstore et les Apple Stores. L’application vous informera de l’existence d’une expérience de réalité augmentée avec une notification depuis votre smartphone.

Crédits photos :

3 photos du camp de Mailly détruit.  Collection association Maison Rouge de Vrault

Le camp de Mailly avant le bombardement. Collection association Maison Rouge de Vrault

Tankistes allemands au camp de Mailly. Collection association du 3-4 mai 1944

Photo avant et après du camp le bombardement. . « Mailly-le-Camp ». Grande Bretagne. Royal Air Force. Collection HOURIGAN Margaret. IBCC Digital Archive, https://ibccdigitalarchive.lincoln.ac.uk/omeka/collections/document/3586